You are here

Henri Djombo est l'auteur du roman susmentionné. Il est Ministre de l'environnement au Congo Brazzaville. Gahi ou l'affaire d'autochtone a été porté aux fonts baptismaux dans la bibliothèque Wallonie-Bruxelles de Kinshasa le samedi 16 avril 2022. L'évènement eut lieu dans une atmosphère littéraire très agréable et en présence de plusieurs grands noms de la littérature de deux capitales les plus rapprochées. Devant un public emporté par l'allégresse et passionné de la littérature.

 

IMG-20220416-WA00141.jpgIMG-20220416-WA00071.jpg

 

La Déléguée Générale du Centre Wallonie-Bruxelles Madame Katryn Brahi étant occupée à d'autres charges liées à ses fonctions, ce fut le responsable de la bibliothèque Monsieur Richard Ali le modérateur de l'activité qui prononça les mots de circonstance, puis souhaita la bienvenue à tout le monde dans ce superbe sanctuaire de la littérature en RDC.

L'auteur en l'honneur, - son excellence Monsieur le Ministre de l'environnement -, est président d'une structure des écrivains du Congo, la République sœur de la République Démocratique du Congo.

Son roman parle de l'amour de Joseph Nyamu et d'une jeune dame Gahi, dont la communauté n'a pas approuvé l'union, pour la simple et bonne raison que le jeune homme est bantu et que la jeune dame est autochtone. Cette relation, selon cette communauté, ne peut jamais se tisser. Avec un thème principal qu'est l'amour, Gahi ou l'affaire autochtone est un roman engagé qui nous invite à cogiter sur les problèmes qui rongent nos diverses cultures et/ou sociétés.

La présentation de l'ouvrage fut parfumée par la présence d'un éminent auteur, nous citons le professeur Kadima Mukala Nzuji. Un grand esprit que la littérature connaît ; et un monsieur qu'on ne sait pas présenter, parce que ses œuvres ont une gueule pour ce faire. Ce roman témoigne d'une vie d'écriture engagée, déclarait le professeur Kadima lors de sa prise de parole pour placer un mot à l'occasion de ce grand moment du choc de mots, afin qu'une lumière luise sur les esprits bien disposés.

Dans son laïus, l'auteur a fait savoir que l'une des raisons qui l'ont poussé à écrire ce roman, c'est la marginalisation qui s'installe de nos jours dans le monde au sujet des autochtones. A dire vrai, c'est une énorme lutte contre le préjugé. Il a conclu en disant que la personne humaine est sacrée. Elle doit être acceptée telle qu'elle. Feel Inspired! Par Eric Magela Writa Sana

CTA

Sign up

Complete the application form and adhere to the Charter of Brand Ambassadors

Become an ambassador