Vous êtes ici

Le retour des filles à l’école en Afrique subsaharienne

Crédit: UN Women (CC BY-NC-ND 2.0)
Crédit: UN Women (CC BY-NC-ND 2.0).

En plein confinement mondial le 25 mars 2020, l’UNESCO a lancé la Coalition mondiale pour l’éducation visant à répondre aux conséquences de la crise de la COVID notamment en matière de genre.

Selon l'UNESCO, plus de 11 millions de filles risquent de ne pas retourner à l’école suite à la pandémie.

Sur proposition de la Délégation générale Wallonie-Bruxelles à Paris, WBI a décidé de soutenir l’action de l’UNESCO dans quatre pays d’Afrique subsaharienne (Bénin, Mali, Nigeria, et Sénégal) où les risques de déscolarisation des filles sont accrus.

L’aide de WBI, d’un montant de 50.000 EUR, permettra à l’UNESCO de développer un plaidoyer aux niveaux national et local pour promouvoir le retour dans des conditions sûres des filles à l’école, d’assurer le droit des filles à une éducation de qualité et d’atténuer les risques de violence basée sur le genre, de mariage précoce et forcé.

Sur le long terme, l’aide contribuera à l’autonomisation des filles au travers de l’éducation avec des conséquences sanitaires, économiques et sociales positives pour les filles elles-mêmes, leurs familles et leurs communautés. 

Ce soutien s’inscrit dans les priorités de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur l’égalité des genres et l’éducation et participe à la contribution de Wallonie-Bruxelles aux Objectifs de Développement Durable.

 

Objectif de développement durable 4 (c) ONU
Objectif de développement durable 5 (c) ONU
17 Objectifs de développement durable (c) ONU

Articles liés