L'économie circulaire : le nouvel objectif wallon ?01/03/2019

"Comment implanter définitivement l'économie circulaire en Wallonie?", voici la question sur laquelle se sont penchés 5 parlementaires (Marie-Dominique Simonet (cdH), Christie Morreale (PS), Tom Evrard (MR), Philippe Henry (Ecolo) et André-Pierre Puget (UDD) pendant plus de 10 mois. 

C'est dans un rapport, de plus de 180 pages, que les parlementaires ont décidé de faire des recommandations à destination de la prochaine coalition politique qui gouvernera la Wallonie ces 5 prochaines années. Multipliant les visites de terrain et les consultations avec les acteurs du secteur, en partenariat notamment avec la Fondation Roi Baudouin et, au regard de l'urgence climatique actuelle, les 5 représentants de partis conseillent au prochain gouvernement de créer un ministère de l'économie circulaire. "La volonté de développer des ambitions en économie circulaire pour la Wallonie nécessite que toutes les compétences ministérielles soient mobilisées et qu'un ministre soit compétent pour la coordination transversale de l'économie circulaire".

L'économie belge permettrait, selon une étude d'Agoria et de Sirris (citée dans le rapport), de créer 36.000 emplois d'ici 2020. De plus, grâce au développement circulaire, elle pourrait diminuer de 50% ses émissions de CO2 et de 30% la consommation des ressources primaires d'ici 2030. Cependant, Les spécialistes estiment que "la transformation d'un modèle linéaire en un modèle circulaire pour une entreprise nécessite entre 5 et 7 années, depuis les premières réflexions jusqu'à l'implémentation de celles-ci" mais pourtant la Wallonie possède quelques entreprises qui ont déjà une assise dans cette forme d'économie. Citons, par exemple, le groupe Comet, perçu comme un levier économique, qui transforme la carcasse des voitures en carburant. Le rapport stipule d'ailleurs que "ce modèle est une opportunité économique pour la réindustrialisation de la Wallonie en favorisant une croissance supplémentaire de 1,04%".

Le rapport souligne qu'en 2040, au moins 80% des produits (par filière) vendus sur le marché wallon doivent être réparables et/ou recyclables. Pour atteindre cet objectif, les députés proposent, par exemple : la mise en place d'une formation continue de cadres en économie circulaire, la création d'un label circulaire, ou encore, une restriction des offres incompatibles avec les principes de l'économie circulaire en décourageant, voire interdisant, la commercialisation de produits non-recyclables. Ils recommandent également la nécessité de mettre en place, au niveau des pouvoirs publics, une dynamique de rencontres avec les acteurs des secteurs concernés pour développer une stratégie coordonnée régionale et appellent à la conclusion de "greendeals" traduisant des engagements précis. Le Parlement wallon votera, avant la fin de la législature, ce rapport qui va maintenant faire l'objet d'une proposition de résolution.  "L'objectif est d'approuver cette résolution avant les élections afin que des actions concrètes puissent être entreprises durant la prochaine législature", ont conclu les cinq parlementaires.

 

 

Source : L'Echo - Le Vif

 

 

Ingrédients et additifs alimentaires en Wallonie 27/08/2019

L’écosystème wallon est particulièrement performant dans ce secteur. On vous explique pourquoi !...
more
MyBone - © Cerhum

MyBone : l’os synthétique wallon miracle 29/08/2019

La société Cerhum, associée à la société 3D-Side, révolutionne la chirurgie cranio-maxillo-faciale et...
more