Vous êtes ici

Biomédicaments : chercheurs wallons et japonais s'unissent

L’équipe de chercheurs du professeur Collet accueille depuis la mi-octobre des collègues japonais. De gauche à droite : Alexandre Marbaix, Michael Deghelt, Hiroyuki Kanamaru et Carla Aspite
L’équipe de chercheurs du professeur Collet accueille depuis la mi-octobre des collègues japonais. De gauche à droite : Alexandre Marbaix, Michael Deghelt, Hiroyuki Kanamaru et Carla Aspite.

L’entreprise japonaise Kaneka et sa filiale wallonne Eurogentec s’associent à l’UCLouvain pour développer un groupe de recherche conjoint sur les bactéries. Le but ? Mieux traiter les cancers, les maladies infectieuses, le diabète et les maladies génétiques grâce aux biomédicaments.

Le service du professeur Jean-François Collet à l’Institut de Duve, l’institut de recherche biomédicale multidisciplinaire hébergeant plusieurs laboratoires de la faculté de médecine de l’UCL, s’apprête à accueillir de nouveaux chercheurs, dont certains en provenance du Japon, à l’initiative de Kaneka.

Ce groupe mixte université-entreprise développera donc des souches bactériennes optimisées pour la production de biomédicaments. Ces chercheurs académiques et industriels collaboreront pour une durée de 3 ans renouvelable. 3 sites sont concernés : l’Institut de Duve de l’UCLouvain à Bruxelles, le centre de production et de recherche d’Eurogentec à Seraing, et les laboratoires de recherche en biotechnologie de Kaneka au Japon.

L’utilisation de biomédicaments bouleverse la médecine actuelle et offre de nouvelles perspectives de traitement des maladies. À la différence des molécules chimiques, les biomédicaments doivent être produits par des cellules vivantes, dont les bactéries sont des organismes de choix.

Eurogentec est précisément un des leaders mondiaux dans la production de biomédicaments. De son côté, l’équipe du professeur Collet accumule depuis 15 ans des connaissances pointues sur les bactéries, qui ont permis de faire des découvertes importantes. Ses découvertes en bactériologie publiées dans « Nature » en 2014 l’ont notamment fait connaître au grand public. Quant à Kaneka, ses 50 ans d’expérience dans le développement de biotechnologies, lui ont permis de développer des activités dans des domaines aussi variés que les compléments alimentaires, produits pharmaceutiques et polymères biodégradables.

« La rencontre entre nos trois équipes a beaucoup de sens pour le groupe industriel dont nous faisons partie », confirme Lieven Janssens, CEO d’Eurogentec. « Cela devrait nous permettre d’étendre notre expertise dans la production microbienne de biomédicaments et de rester le leader mondial dans le domaine de la production de vaccins à ADN ».

« On pourrait comparer Eurogentec à une écurie de Formule 1, continue le Pr Collet. Elle possède déjà de très bonnes voitures, et celles-ci doivent rester au top. C’est là qu’intervient le team d’ingénieurs, c’est-à-dire mon équipe : grâce à l’expertise accumulée depuis 15 ans, nous sommes capables d’optimiser la performance de ces voitures ».

Le développement de souches optimisées devrait se traduire, sur le terrain, par une plus grande facilité à produire davantage de protéines et de vaccins à ADN, en grande capacité et rapidement. De quoi participer aux objectifs stratégiques d’Eurogentec.

L’entité liégeoise, en pleine croissance, a consenti récemment d’importants investissements. Elle a notamment mis en service une nouvelle installation de pointe, qui permettra la production à grande échelle des médicaments de nouvelle génération. Pour soutenir la production prévue des vaccins contre le SARS-CoV-2, Eurogentec engage : plus de 80 postes sont ou seront ouverts, pour des profils très variés de techniciens, logisticiens, chercheurs ou responsables de projets.

 « Ce partenariat est une nouvelle preuve de la vivacité de l’écosystème bâti en Wallonie autour de la chimie et de la pharmacie », se réjouit Pierre Van Renterghem, Directeur général de Welbio, un institut interuniversitaire de recherche dans les domaines des sciences de la vie, subventionné par la Wallonie, qui a joué un rôle crucial dans l’avènement de cette collaboration en soutenant les recherches de l’équipe de J.F. Collet depuis 2011.

« Nous sommes ravis de créer des ponts entre la recherche académique et l’industrie avec le concours de Welbio. Nous répondons ainsi à des défis sociétaux majeurs grâce à des partenariats forts entre le Pr Collet et son équipe et un groupe industriel de l’envergure de Kaneka. C’est un bel exemple de transfert de technologie ‘win-win’ à la fois pour le chercheur et son laboratoire, pour l’entreprise et pour l’économie régionale », épingle Philippe Durieux, CEO de la Sopartec, la société de transfert de technologie et d’investissement de l’UCLouvain.

Le Pr Jean-François Collet et Lieven Janssens, CEO d’Eurogentec

Articles liés