Vous êtes ici

JO de Pékin, Floriades d’Almere : l’architecte namurois Nicolas Godelet multiplie les projets à l’international

Le futur pavillon-jardin de la Belgique aux Floriades d'Almere (NG-Lab)
Le futur pavillon-jardin de la Belgique aux Floriades d'Almere (NG-Lab).

Architecte et ingénieur originaire du Condroz dans le namurois, Nicolas Godelet est tombé amoureux très tôt de la Chine. Il vit et travaille à Pékin depuis plus de 20 ans et y enchaîne les projets les plus fous où il se démarque par sa vision durable. Sa dernière conception : une rampe de ski de 60 mètres de haut pour les JO de Pékin, le Big Air de Shougang. Plus près de chez nous, c’est lui aussi qui est en train de dessiner le pavillon belge pour les Floriades d’Almere aux Pays-Bas, une des plus grandes expositions horticoles au monde. C’est déjà lui qui avait réalisé la pavillon jardin de la Belgique aux Floriades de Pékin en 2019. L’occasion pour nous de dresser le portrait de cet homme polyglotte passionné et passionnant.

À la fin de ses études en 2000, Nicolas Godelet, a voulu approfondir ses connaissances en chinois et réussit à obtenir une bourse pour partir étudier à l’université des langues étrangères de Pékin.

Il vit son métier comme une passion, être architecte n’est pas qu’un métier, c’est également une philosophie de vie qu’il applique dans son travail. Tous les voyages et les rencontres qu’il fait sont sources d’inspiration. Si la rentabilité financière de certains projets n’est pas au rendez-vous la richesse de son métier est ailleurs : les collaborations, la recherche, ou encore laisser une trace durable sur terre avec des projets qui vivront plus longtemps que lui.

Nicolas a une vision bien à lui de la durabilité, « La durabilité c’est pouvoir s’intégrer dans un lieu avec toute ses particularités. Il faut considérer la société, les habitudes culturelles, l’histoire, l’architecture, les cycles, le monde naturel, les sources, la mobilité et tout à la fin la technologie. ». Être un Belge qui parle couramment le chinois et qui connaît la culture locale fait de lui quelqu’un d’unique en son genre et grâce à ses compétences en architecture et en ingénierie, il a pu confirmer la réputation technologique de la Belgique et de la Wallonie à l’étranger.

Le Big Air de Shougang* dans le cadre des Jeux Olympiques d’hiver de Pékin cette année n’est pas le seul succès de Nicolas Godelet en Chine, loin de là. Outre la participation à l’ Opéra National de Pékin et au Grand Stade et la réhabilitation en quartier culturel du site métallurgique de Shougang, il y aussi le pont Chang’An  ou encore la construction de la nouvelle Ambassade de Belgique à Beijing, ici encore le souci de la récupération et de l’empreinte écologique est au centre du projet  dont bon nombre d’éléments de l’ancien bâtiment ont été récupérés ,le second étage étant constitué en bois ce qui est un exemple unique dans la capitale de l’Empire du Milieu.

 

Pour la rampe des JO, le caractère durable est encore au cœur du projet. Il s’agit d’un projet de transformation du patrimoine industriel ambitieux puisqu’il vise à redonner une vie civile à une aciérie centenaire, à reconnecter la ville à la rivière Yongding et à reconstituer l'environnement naturel détérioré. Le plan de Big Air Shougang associe le site des Jeux d'hiver à la transformation d'une partie essentielle de l'ancienne aciérie, centrée sur des tours de refroidissement, une usine de production d'oxygène et un lac de refroidissement.

 

C’est par ailleurs la seule nouvelle infrastructure sportive extérieure réalisée en ville pour les JO. À l’origine, le Big Air ne devait pas se situer en pleine ville mais en tant que snowboder, Nicolas Godelet tenait à le rendre accessible à tous et faire en sorte qu’avec un simple billet de métro à 50 cent, les jeunes puissent s’entrainer sur la rampe. « J’ai aidé Shougang à convaincre la Fédération internationale de ski du Comité olympique d’organiser cette épreuve en ville. » Le Big Air sera également consacré à d’autres événement car la structure peut être utilisée à différentes fins, comme des concerts ou d’autres sports extrêmes.

 

C’est encore la durabilité qui primera aux Floriades d’Almere. Le pavillon belge conçu par Nicolas Godelet et une équipe d’indépendants s’intègre dans un jardin donc on parle de paysage, d’horticulture et d’agriculture. La Belgique a deux spécificités dans ses domaines. D’une part une haute technologie pour les productions horticoles et d’autre part une attitude durable qui rééquilibre les actions homme/nature. C’est un projet qui se veut entièrement régénérable puisqu’à la fin des Floriades, le pavillon pourra être rasé sans laisser aucuns déchets. C’est possible grâce aux trois matières principales utilisées : le bois, la terre recyclée qui provient de chantiers et le bioplastique compostable totalement différents des sacs dit « bio plastiques ». Le bioplastique utilisé est à base d’amidon, d’algues et d’éléments naturels. La particularité est que tout le paysage sera comestible à 70%.

 

« Il ne s’agit pas juste une exposition mais un jardin où on a envie de rester avec des éléments bien Belges comme des pompes à bières, un bar, une terrasse, des jeux pour enfants etc.. », explique Nicolas Godelet.

 

Même s’il multiplie les projets à l’international, l’architecte namurois reste très attaché à sa région. Originaire de Dorinne dans le Condroz, il y a installé son bureau NG-Lab, dans l’ancien restaurant de ses parents. Plusieurs futurs projets se profilent déjà, ici en Wallonie notamment avec l’Air du temps, le restaurant doublement étoilé à Eghezée et, à l’autre bout du monde, au pays du soleil levant cette fois, avec peut-être la réalisation du pavillon Belge lors de la prochaine Exposition universelle qui se tiendra à Osaka…

 

 

 

 

 

 

* équipe : Consultant en structure et sport: NG-LAB/ Archisteel

Nicolas GODELET, Architecte principal, ingénieur
Bernard VIRY, Consultant en structure
Mengfei SHEN, Architecte
Gauthier RALET, ingénieur en construction
Dechen LV, Architecte

Conception de l’architecture: Architectural Design and Research Institute of Tsinghua University(THAD)

Conception des plans d’exécution: Beijing Shougang International Engineering Technology Co., Ltd. (BSIET) / Hangzhou Zhonglian Zhujing Architectural Design Co., Ltd.

Consultant en structure: Beijing Institute of Architectural Design (BIAD)-Complex Structure Research Institute

Consultant pour le profil de-la pente et consultant sportif : Schneestern GmbH & Co. KG

Conception de l'éclairage : Atelier Zhang Xin

Conception du paysage: Architectural Design and Research Institute of Tsinghua University (THAD)

Conception du programme : Beijing Shougang Automation Information Technology Co., Ltd

 

** Directeur d'agence NG-lab : NICOLAS GODELET Direction projet : NICOLAS GEUDVERT Architecte paysagiste : LAURENT DEENEN Architecte : FARKAS ORSZAGH Architecte stagiaire : PHILIPPE SADZOT

 

Le futur pavillon-jardin de la Belgique aux Floriades d'Almere (NG-Lab)
Nicolas Godelet
Nicolas Godelet
Le Big Air de Shougang, JO Pékin 2022 (NG-Lab)
Le Big Air de Shougang, JO Pékin 2022 (NG-Lab)
Le Big Air de Shougang, JO Pékin 2022 (NG-Lab)