You are here

L’Agence spatiale européenne (ESA), en présence des 22 ministres des pays contributeurs, a sélectionné ce mercredi 23 novembre les futurs astronautes appelés à rejoindre le Corps des astronautes européens

Parmi eux : le Wallon Raphaël Liégeois, ingénieur multi-diplômé de 34 ans. Cette annonce intervient à l’issue d’une sélection drastique.

Profil peu banal, Raphaël Liégeois enchaîne les formations scientifiques, effectue des recherches, multiplie les publications, enseigne sur différents continents et vulgarise son savoir auprès d’un public plus large. Il parcourt le monde sur et sous l’eau, en l’air et parfois sur terre, tout en jouant de la guitare ou de l’orgue.

Après l’étude de l'ingénierie biomédicale à l'Université de Liège, il devient Ingénieur à l'École Centrale à Paris et obtient une maîtrise en physique fondamentale de l'Université Paris-Sud Orsay.

Pendant ses études, il participe déjà à une campagne de vols paraboliques avec l'agence spatiale française, le CNES, pour tester une expérience de physique. 

Il poursuit ensuite un doctorat en neurosciences à l'Université de Liège où il développe des modèles mathématiques du fonctionnement du cerveau. Il y travaille comme assistant d'enseignement pour divers cours, y compris la modélisation des systèmes et les systèmes non linéaires.  

Il effectue un séjour de recherche post-doctoral à l'Université nationale de Singapour, où ses recherches visent à définir de nouveaux marqueurs de neuro-imagerie des maladies neurodégénératives. 

Chercheur post-doctoral senior à l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne, en Suisse, il développe des modèles dynamiques de la fonction cérébrale tout en intervenant en tant que chercheur invité à l'Université de Stanford, aux États-Unis.

Depuis 2021, Raphaël Liégeois travaille comme chargé de recherche et d'enseignement à l'Université de Genève et à l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne, en Suisse, où il a enseigné la neuro-ingénierie et les statistiques, et  poursuit des recherches sur la dynamique cérébrale dans la santé et la maladie. Ses recherches et son travail de vulgarisation sont maintes fois récompensés.

 

Alors Raphaël Liégeois serait un pur scientifique ? Ce serait oublier son goût du voyage et sa façon très personnelle d’envisager l’aventure.

 

Il parcourt le monde tous azimuts, à la verticale comme à l’horizontale. Comme pilote, il aborde le ciel en montgolfière, ballon à gaz et planeur. Un transport doux contrastant avec son hyperactivité scientifique. Sur terre, il aime courir. Sur mer, il plonge et pratique la voile.

Il effectue 6.000km à vélo de Singapour jusqu’en Belgique, en famille, à la rencontre des poètes d’Asie et d’Europe. Un original ?

Ses journées trépidantes, son parcours exemplaire ne sont à l’évidence, pas ordinaires. Mais cette personnalité aux goûts multiples, créative, soucieuse d’expliquer, capable de se poser, cherchant à résoudre et améliorer la vie des autres à travers ses recherches, nous offre une formidable occasion de nous projeter et de vivre avec lui son rêve d’enfant: devenir astronaute.

 

Ce choix est le fruit d’un long processus de sélection. En 2021, l’ESA a lancé une nouvelle campagne de recrutement d’astronautes et d’astronautes en situation de handicap physique. La dernière datait de 2008. Elle a reçu plus de 22.500 candidatures venant de tous les états membres de l’Union européenne. Parmi celles-ci, l’ESA a sélectionné 17 candidats dont cinq astronautes de carrière, onze membres d'une réserve d'astronautes et un astronaute porteur d’un handicap physique, tous prêts à effectuer des missions à destination de la Station spatiale internationale ou au-delà.

Parmi les cinq astronautes de carrière, l’Agence européenne de l’espace a choisi le belgo-luxembourgeois, Raphaël Liégeois, originaire de la région de Namur, qui s’illustre notamment par un parcours scientifique pointu.

La Belgique est un des membres fondateurs de l’ESA et son cinquième contributeur en valeur absolue. Sa contribution nette à l’ESA passera, dès 2023, de 250 à 305 millions d’euros. L’aérospatial génère en effet, plus de 10.000 emplois en Belgique. C’est un secteur qui représente des enjeux capitaux pour les décennies à venir, notamment dans le domaine climatique et de l’environnement, et où il est important de se positionner.

Le choix de Raphaël Liégeois parmi les cinq astronautes professionnels qui voyageront dans l’espace avec l’Agence spatiale européenne, gratifie ainsi pour leurs efforts, la Belgique, et particulièrement la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui grâce à leurs infrastructures, à leurs programmes de recherche et leurs établissements d’enseignement supérieur, permettent l’émergence de chercheurs scientifiques de pointe.

 

Bonne route à Raphaël Liégeois !

 

Wallonie- Bruxelles International accompagne les chercheurs dans leur parcours universitaire à l'international avec notamment des bourses d'excellence pour une formation doctorale ou postdoctorale à l’étranger.

 

Retrouvez toutes nos offres de mobilité dans les domaines de Education, enseignement, formation, stage et emploi sur la page dédiée.

 

Pages