Cluster « Cyber Sec » Drones en Wallonie, au centre de l’Europe …24/05/2018

Il n’y a pas un jour qui passe, sans que vous entendiez parler d’un nouvel usage du drone, d’un nouveau type de drone . . . mais qu’en est-il de sa robustesse aux cyber-attaques, ou . . .
du niveau du facteur risque exigé dans la prochaine réglementation européenne quant à l’usage des drones ?

Ces nouvelles règles, annoncées par les plus optimistes pour janvier 2019, vont bouleverser l’état législatif actuel et modifier énormément les processus d’homologation des machines au travers de classifications de poids (C0 à C4) présentées dans la réglementation EU mais aussi la chaîne des formations qui devront être certifiées par l’autorité nationale ou prodiguées par un ATO (Approved Training Organisation). Les propositions faites par l’EASA (European Aviation Safety Agency) (APM 2017-05 - A et B) visent aussi à établir dans un cadre réglementaire une classification en fonction du risque, selon 3 catégories : ouverte, spécifique ou certifiée.  Ces catégories visent à remplacer les « balises » actuelles, basées sur le poids, la performance d'endurance, le type d’utilisation, le lieu d’utilisation, …

Ces contraintes doivent se transformer en opportunités afin de permettre aux entreprises wallonnes de pouvoir se positionner avec du matériel et des formations certifiées à l’échelon européen.

On entend par matériel, les drones (UA) bien sûr, mais aussi les « Grounds Stations » qu’elles soient physiques (radiocommandes) ou logicielles. 
On peut y inclure les « payloads (charges)» (capteurs, caméras) embarquées et le matériel de communication ad-hoc pour bientôt intégrer l’U-Space réservé au trafic aérien de basse altitude.

N’oublions pas que le « risque » est le guide de cette réflexion d’intégration des opérations UAS dans l’espace aérien national et européen.

Les utilisations des UAS (Unmaned Aerial/Autonomous System) ne cessent de croître voici quelques’ unes des plus courantes énoncées dans cette approche européenne:

  • Surveillance de territoires pour la prévention des risques et d’alertes précoces
    (inondations, incendies)
  • Surveillance de la sécurité et de la sûreté des infrastructures civiles
    (routes, pipelines, grandes usines)
  • Surveillance et contrôle d’opérations au sol (c'est-à-dire les opérations de premiers secours pendant ou après les catastrophes naturelles ou causées par l'homme, les conditions de circulation critiques)
  • Transports et livraisons de produits urgents (premiers secours, organes humains)
  • Soutien et coordination de nouveaux processus industriels et de productions
    (agriculture de précision, gestion des mines, surveillance de la sécurité des grandes infrastructures, les applications associées au processus de photogrammétrie, dans le secteur de la construction).

Certaines de ces opérations peuvent être très vite classifiées comme étant à haut risques et doivent donc être sécurisées pour éviter tout incident.
En sus, si ces opérations se font dans un cadre « BRLOS » (Beyond Radio Line Of Sight – Au-delà de la portée du signal radio) les conditions d’exploitation doivent être encore plus drastiquement analysées afin de répondre à toute éventualité et/ou utilisation dans un espace aérien non séparé.

Tout ceci nous amène à l’importance d’une offre de services dédiés aux constructeurs mais aussi et surtout aux utilisateurs.

Le marché des drones, un marché en forte croissance…

Le marché des UAS, semble très prometteur. En 2014-2015, le marché mondial (Micro UAS, Mini UAS, MALE et HALE, Véhicule aérien sans pilote & UAS tactique) a été évalué à 6,762 millions USD.

Les prévisions à l’horizon 2025, fournies par plusieurs sociétés de conseil en affaires telles que:
Teal Group, BI Intelligence, Q-Tech Synergy et Tractica, rapportent une croissance constante de la valeur économique jusqu'à 12-15 millions USD et chaque prévision montre une valeur économique plus élevée pour les années suivantes.
Plusieurs hypothèses sont à la base de ces prévisions mais on n’aborde pratiquement jamais la cyber-sécurité, afin que cet élément n’effraye le grand public..

La Wallonie possède, aux travers d’entreprises phares ou « pépites », les compétences nécessaires pour développer la chaîne de services qui puissent répondre aux défis technologiques en matière de cyber-sécurité.

En effet, les risques de cyber-sécurité, la protection de la vie privée et la protection des données pour l'utilisation des drones civils, sont bien d’actualité et repris dans le RGPD drones.

En outre, le nombre croissant de vols au-dessus des aéroports, des infrastructures critiques ainsi qu’en agglomérations, posent une série de défis et de risques concrets pour la sûreté, la sécurité et les droits fondamentaux des personnes, qui doivent être traités sérieusement.
Il faut également tenir compte de l’utilisation des drones dans l’U-Space qui implique une gestion de la circulation aérienne (à faible altitude) dans un environnement non ségrégé.

Centre de tests Cyber Sécurité pour UAV à Redu & Transinne

Les infrastructures et les compétences existent en Province de Luxembourg : le site de l’ESA à Redu apporte les éléments matériels au sol pour les bases du Centre Européen de Tests et de Certifications cyber sécurité (CyberSec) des UAS.
L’ESA ayant proposé l’exploitation des antennes satellites à la Société VITROCISET Belgium , déjà connue par son implication dans la gestion des stations de contrôles au sol de GALILEO au niveau mondial, celle-ci a saisi cette occasion pour développer de nouvelles activités « Hight Tech » en Wallonie.
L’opportunité développée sur la commune de Libin, est donc réellement profitable pour le secteur du drone européen,  de l'industrie des charges utiles et des utilisateurs de services.

Le système d'infrastructures de Redu-Transinne pour l'évaluation de la vulnérabilité en matière de cyber sécurité est une première expérience et peut être considérée comme un modèle d’innovation.
Le consortium aura l'opportunité de présenter cette coopération industrielle dans le but de répliquer la gamme de tests « CyberSec » dans d'autres pays européens (ou non européens).

Il met en place un environnement de tests « CyberSec » pour les systèmes d'aéronefs sans pilote déployant une infrastructure système ICT, GNSS et Satcom multi-sites.

La cyber-sécurité ne doit jamais être considérée comme un état, mais plutôt comme un processus.
Afin de soutenir ce processus, il est important d'être capable de décrire et de juger l'état de sécurité des systèmes et de faire une évaluation des risques.
Par la suite, de mettre en place une procédure d'atténuation, pour réduire la gravité de l'impact sur le système.

Les sites et centres de tests UAS sont de plus en plus disponibles pour l'industrie en Europe mais jusqu'à présent, aucun consacré à l'évaluation des risques cyber-sécurité.
Les sites de tests actuels aident les entreprises et les organisations à mener des campagnes d’analyses portant principalement sur la performance et la certification de la navigation (GNSS) dans le but d'utiliser le système UAS dans un espace aérien non séparé.

Quelques partenaires composant le centre de tests

L’équipe de VITROCISET Belgium a acquis énormément d’expérience au travers de diverses collaborations comme par exemple avec RHEA Group (spécialisé en cyber sécurité).
D’autres sociétés ont déjà rejoint le « Cluster » et renforcent ainsi l’ensemble de la structure créée sur la Commune de Libin (ESA-Redu et GALAXIA-Transinne).
En sus de cette implantation locale (qui n’est pas délocalisable), on peut remarquer aussi le partenariat avec un espace de tests dans le sud de l’Italie.

  • Vitrociset Belgium avec sa longue expérience dans l'ingénierie spatiale et le soutien aux opérations de l'Agence Spatiale Européenne et des principales industries en Europe pour une variété de programmes spatiaux. VTCB possède une vaste expérience des systèmes spatiaux et de la livraison de solutions, notamment le soutien technique aux composants du segment sol de l'ESTEC fournissant une expertise technique dans des domaines tels que le segment sol et l'équipement électrique terrestre, l'exploitation et la science de la station spatiale internationale, l'ingénierie multimédia, la planification des missions d'observation de la Terre et les outils de soutien;
  • ALX Systems qui propose des solutions innovantes d'intelligence embarquée par drones, via des programmes élaborés en interne sur mesure. Différents secteurs d'activité: services secrets, détection des menaces terroristes, surveillance de personnes, contrôle frontalières, réserves naturelles, etc
  • Q-Square Aérospace pour toutes les certifications
  • BOREAL constructeur d’un système de drone, une aile fixe avec une grande endurance et une grande capacité de charge (jusqu'à 10h de portée ou 1000Km avec plus de 5Kg de charge utile).
    Le vecteur est particulièrement adapté à tout type de mission nécessitant le transport d'une charge utile exigeante en termes de masse, de volume et de stabilité.
  • M3 Systems Belgium, situé à Bruxelles, Wavre et Transinne, est une partie du groupe MISTRAL .  Elle est dédiée aux applications exigeant des performances GNSS de haut niveau en termes de précision de positionnement, de disponibilité et d'intégrité. Avec plus de 10 ans d'expérience dans le secteur de l'aérospatiale et de la défense, M3 Systems apporte des solutions hautement professionnelles aux applications GNSS complexes telles que les drones à longue portée, les voitures autonomes et les chemins de fer.
  • RHEA System S.A. est un fournisseur de solutions et de services d'ingénierie de systèmes et de logiciels dans les domaines de l'espace et de la cyber sécurité, comme notamment:
  • La livraison de la « Cyber Simulation and Training Range » de l'ESA, un environnement virtuel dans lequel les menaces, les vulnérabilités et les risques liés à la cyber sécurité peuvent être simulés et analysés dans des conditions proches de la réalité.
  • Livraison du projet SES (Security Engineering Support Tools), un outil automatisé d'analyse des risques de cyber sécurité pour les systèmes et solutions spatiales, intégrant l'analyse des exigences système et logicielles, les exigences de sécurité et l'analyse des contrôles et des fonctions d'évaluation des risques.
  • Livraison d'un environnement de simulation de cyber sécurité avancé ainsi que de solutions innovantes pour la surveillance et la défense de la cyber sécurité dans un domaine d'infrastructure critique (projet PANOPTESEC). Pour ce projet, des représentants de l'Agence Européenne de Défense (AED) ont siégé dans le cadre du Conseil consultatif externe, fournissant des informations pertinentes sur des problèmes particuliers liés à la cyber sécurité et à la cyber défense;
  • Une vaste expérience dans les systèmes de conception et d'ingénierie simultanés ainsi que dans les solutions de systèmes sol pour la surveillance et le contrôle des engins spatiaux, les opérations et les solutions de test.

Types d’attaques :

Les besoins d'évaluation de la sécurité de la communication contre les cyberattaques augmentent également car dans l’étude récente de McAfee: (2017 Threats Predictions, les drones placent les menaces dans le ciel (Dronejacking). On peut y lire que : «Les drones sont en bonne voie de devenir un outil majeur pour les expéditeurs, les autorités, les photographes, les agriculteurs, les médias d'information, et plus encore.

Plus généralement, l'implication des UAS dans le trafic commercial et fonctionnant à la fois dans les RLOS et les BRLOS, y compris les liaisons par satellite, nécessitent des communications sécurisées et un contrôle des aéronefs sans pilote.
L'évaluation de la cyber sécurité est également requise par la publication récente du Parlement Européen : "La protection de la vie privée et la protection des données dans l'utilisation civile des drones". Le document émane de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures.
Il signale le risque pour la vie privée et la protection des données par les caméras vidéo embarquées.

Cette question est strictement liée au nouveau règlement général relatif à la protection des données (RGPD) et à la récente déclaration drone d'Helsinki.

Ci-dessous, les catégories de cyber-attaques déjà répertoriées:

  • Attaque matérielle - l'attaquant a directement accès aux composants du pilote automatique de l'UAV;
  • Attaque Wireless: l'attaquant effectue les attaques via l'un des canaux de communication sans fil (par exemple, Command, Control and Communications - C3);
  • Usurpation sur capteur(s): l'attaquant transmet de fausses données via les capteurs embarqués (par exemple, récepteurs GNSS, capteurs de vision, radar, sonar, LIDAR et IR) au pilote automatique de l'UAV.

L'initiative U-Space propose la gestion d’un environnement non ségrégué pour l'utilisation des drones dans l'espace aérien de faible altitude sûr et respectueux de l'environnement.

Cette initiative est également en lien direct avec le prochain règlement européen sur les drones, demandé par le Parlement européen à l'AESA (Agence Européenne de la Sécurité Aérienne).

L’approche « CYBER » réalisée par le cluster reprend une multitude de risques :

Il existe différents problèmes de sécurité; la plupart d'entre eux sont liés à des signaux GNSS «spoofés» et à l’utilisation des canaux de commande et de contrôle (C2) mais peuvent également impliquer le canal de communication (C3) (ATM /ATC – Air Tafic Management / Air Trafic Control), ainsi que le canal de communication des charges utiles.

Les cyberattaques sont souvent initiées au travers des liaisons radio sur des canaux de communication sans fil (C3) ou par transmissions de données erronées au travers des capteurs embarqués (ex. les récepteurs GNSS ) qui affectent directement le vol de l'UAS. 
Dans les deux cas, ces cyberattaques peuvent provoquer la perte de contrôle et, dans le pire des cas, constituer une menace pour la sécurité des personnes ou la perte, l’altération des données, des informations recueillies par les capteurs embarqués.

De manière générale l'implication des drones dans le trafic commercial (ATM) mais également dans l’utilisation en « zones congestionnées » (villes), nous démontre qu’une analyse de fiabilité des liaisons entre le centre de communication et le drone est indispensable.

Dans le cas des UAS autonomes dépendant uniquement de leurs « systèmes de capteurs » pour fonctionner correctement, ce système doit être examiné en tant que canal d'entrée continuellement ouvert et pouvant être sujet aux attaques.

Des chercheurs ou « Hackers éthiques» ont trouvé dans des drones de consommations courantes, des ports ouverts et des méthodes d'authentification faibles
Une personne mal intentionnée, possédant l’équipement ad hoc, peut envoyer des commandes falsifiées au drone qu’il voudrait « pirater ».

La majorité de ces vulnérabilités découvertes sur les drones commerciaux peuvent être facilement corrigées avec une mise à jour logicielle. 
Mais des failles technologiques seront toujours découvertes au fil du temps.

Comme il est important d'être capable de décrire et de juger l'état de sécurité des systèmes et de faire une évaluation des risques pour ensuite mettre en place une procédure d'atténuation pour réduire la gravité de l'impact d’une attaque sur le système, la pertinence de cette infrastructure complexe à travers laquelle plusieurs types de services de vulnérabilité et d'évaluation des risques peuvent être fournis aux fabricants, aux opérateurs et aux utilisateurs finaux est incontestable.

Comme cible principale, bien sûr, les fabricants de produits qui pourront accéder aux services d'évaluation de vulnérabilité « cyber » pour l'analyse des produits en phase de développement ou par les opérateurs UAS mais aussi les utilisateurs finaux pour évaluer les risques d’une mission, la sécurité ou la validité des données.

Le Cluster « CyberSec » de Drone Valley au travers des entreprises qui la compose, propose donc un environnement de simulation et d'exécution de missions de vol.
La vulnérabilité cybernétique des nouveaux produits peut être évaluée en simulant des missions et des résultats dans le cadre de cyberattaques.

De plus, en tirant parti de différents lieux de tests en Belgique ou ailleurs en Europe (avec leur espaces aériens protégés) et de la station au sol de Redu, la vulnérabilité des UAS et des charges utiles peut être évaluées dans des scénarios de missions réelles. Les services d'évaluation fournis via l'environnement simulé ciblent directement les fabricants de produits européens (UAS, appareils de communication par satellite et radio, composants avioniques) qui peuvent utiliser les services du centre de tests Cyber ​​Security pour modéliser et tester la cyber performance de produits innovants au début du cycle de développement du produit. Ces services d'évaluation de la vulnérabilité dans les scénarios de missions réelles ciblent les opérateurs UAS et les utilisateurs finaux ainsi que les fabricants comme indiqué précédemment.

Le centre de tests et de certifications « Cyber Security » est destiné à l'évaluation de la vulnérabilité des cyber-attaques et des risques de l’ensemble UAS. Cela signifie une plate-forme de vol; capteurs de charge utile; la qualité, la cohérence et l'authenticité des données détectées lors de la surveillance ou de l'étude des missions critiques dans les scénarios étendus BRLOS.

La gamme de tests de cyber sécurité est effectuée au sein d’une infrastructure complexe à travers laquelle plusieurs types de services de vulnérabilité et d'évaluation des risques liés à l’utilisation des drones peuvent être fournis à toutes entités utilisant directement ou indirectement des UAS.
En particulier, les constructeurs peuvent, par exemple, accéder aux services d'évaluation de la vulnérabilité cybernétique pour l'analyse de nouveaux produits ou solutions innovantes en phase de développement ou directement par les opérateurs UAS pour évaluer les risques de mission ou la sécurité des données.

Les tests sont réalisés dans un environnement de simulation et aussi dans un environnement d'exécution de missions de vol et dans un espace aérien réels.
La vulnérabilité cybernétique de nouveaux produits peut être évaluée en intégrant des modèles mathématiques de composants UAS innovants ou de composants de communication avionique / charge utile dans l'environnement de simulation en simulant des missions et des résultats dans le cadre de cyberattaques.
Le centre « Cyber​​Sec » proposera des services d'évaluation de la vulnérabilité cybernétique par son portefeuille de services, dans tout type de scénario de mission, de Visual Line of Sight (VLOS) à Beyon Radio Line of Sight (BRLOS), de sorte que les micros UAS tactiques peuvent être évalués également.

L'évaluation de la vulnérabilité de l'UAS est essentielle pour l'évaluation des risques de la mission de vol et pour la certitude des données recueillies.
En fin de compte, la qualité des données influe sur la capacité d'agir correctement pendant ou à la fin des missions.

L’éventail des clients potentiels est large et se compose de :

  • Producteurs d'UAS: sociétés produisant de nouveaux drones (en particulier ceux impliqués dans la production de la partie avionique) et dispositifs de communication dans différentes bandes de fréquences (c'est-à-dire L, S, Ku, Ka)
  • Producteurs de charges utiles (capteurs): sociétés produisant tout type d' «outils » à embarquer pour collecter des données (caméras vidéo / thermiques / hyper spectrales, instruments météorologiques, systèmes de levés géologiques, etc…)
  • Producteurs de logiciels: en particulier ceux qui opèrent dans le segment des logiciels de sécurité visant à protéger et à contrer toute cyberattaque détectée.
  • Fournisseurs de services « drones », Télépilotes de drones équipés de charges utiles pour des applications spécifiques qui vendent leurs services aux utilisateurs finaux (il peut s'agir de grandes entreprises produisant des missions UAV complexes ou de petites entreprises).
  • Utilisateurs finaux de services UAS: organismes publics pouvant utiliser les services UAS pour augmenter leurs capacités ou améliorer leurs performances (par exemple, les agences de protection civile peuvent utiliser des UAV pour améliorer la coordination des premiers secours en situation d'urgence). Les administrations publiques locales peuvent utiliser les UAV pour surveiller le développement urbain et son impact. Les entreprises privées exploitant de grandes infrastructures peuvent utiliser des UAV pour les surveiller (par exemple, les pipelines, lignes haute-tension).

Les intérêts des fabricants, intégrateurs et prestataires de services UAS sont nombreux, spécialement pour combler les lacunes de leurs environnements de test actuels.
D'une part, toutes les opportunités offertes par les installations proposées à Redu-Transinne, pourraient être réalisées à partir d'expériences utilisant des biens réels.
D'autre part, la possibilité de faire une évaluation de la vulnérabilité, dans le domaine de la cyber sécurité pour les drones.

La cyber sécurité présente des défis jusqu'ici inimaginables, en raison du développement exponentiel de la technologie associée aux drones.

Le nombre d'acteurs impliqués est sujet à une augmentation rapide, car le marché va s’étoffer grâce au développement de la nouvelle réglementation à l'échelle de l'Union Européenne, qui permettra encore plus d'applications (référence «La carte de l'environnement du marché des drones» de DRONE Industry Insight).

Même si le segment industriel des UAV est considéré ici comme un segment unique, il existe plusieurs sous-segments, principalement déterminés par la gamme de vol des drones, qui présentent des caractéristiques très particulières tant dans le produit que dans la structure de la chaîne d'approvisionnement.

Dans tous les cas, chaque UAS doit être sécurisé contre les cyber-attaques.

Ce segment industriel étant très jeune et le niveau d'innovation très élevé, les principaux acteurs mondiaux (DroneDeploy, Redbird, ESRI, Syma Toys, FLIR, EHANG) lancent périodiquement de nouveaux produits et services basés sur de nouvelles capacités de traitement d’images et d’images prises à travers des charges utiles pour des applications spécifiques.

La plupart des états membres de l'Union Européenne ont des opérateurs impliqués dans le développement des systèmes d'UAV.
Les cinq premiers impliqués dans des missions BRLOS sont le Royaume-Uni, l'Espagne, l'Italie, la France et l'Allemagne.
Tous les états auront besoin d'une évaluation de la performance en matière de cyber sécurité, plus pertinente pour ce type de mission.

Le Centre satellitaire de Redu est en mesure de satisfaire un certain nombre de clients différents :

  • qu’ils utilisent le segment satellite dans le cadre de leurs systèmes de communication,
  • qu'ils doivent fonctionner dans des conditions BRLOS
  • qu'ils doivent envoyer des données collectées en zone opérationnelle, sans infrastructures de communication, à un centre de commandement et de contrôle éloigné.

En fait, de nombreuses technologies sont disponibles à Redu, telles que, entre autres, les antennes fonctionnant dans une variété de fréquences, y compris les bandes S, Ku, Ka, L et C, allant du mouvement complet, aux antennes fixes.

La coopération avec l’ESEC, (Centre Européen de Sécurité et d'Education pour l'espace)à Redu en tant que centre d'excellence pour les services de cyber sécurité spatiale, est le meilleur endroit où trouver des compétences, des formations destinées au personnel industriel ainsi que pour des études de contre-mesures.

Les applications de la cyber sécurité à l'environnement des UAS sont relativement nouvelles et la plupart des produits manufacturés ne concernaient jusqu'ici que le marché militaire.
Ils sont désormais confrontés aux nouveaux défis informatiques liés à l'utilisation d'équipements COTS, de protocoles ouverts et de logiciels standard typiques d'un environnement civil, tels que l'insertion des RPAS dans ATM/U-Space. De nouvelles solutions, moins coûteuses que les militaires, doivent être expérimentées.

Selon cette vision de l'implication de l'UAS dans les applications civiles, l'évaluation de la robustesse du système par rapport aux cyber-attaques et aux interférences est nécessaire.
À l'appui de ces scénarios opérationnels à venir, il existe une opportunité technologique et commerciale pour une plate-forme aéroportuaire et aérospatiale internationale dédiée au test et à la validation des solutions Cyber Security pour les systèmes UAS.

Analyse des principaux concurrents

Les sites de test actuels aident les entreprises et les organisations à mener des campagnes de test portant principalement sur la performance et la certification de la navigation (GNSS) dans le but d'utiliser le système UAS dans un espace aérien non séparé.

Malgré leur nombre croissant et leur propagation, les sites de test sont toujours sous-exploités de toute façon les sites de test en vol ne signalent ni ne promeuvent des services d'évaluation de vulnérabilité des UAS ou de ses modules (tel est l'objectif du centre). Seuls quelques-uns d'entre eux peuvent effectuer des expériences sur des avions plus gros dans un environnement réel, y compris les conditions de vol, et finalement ils ne sont pas orientés pour soutenir les clients militaires.

La Wallonie, et en particulier l'industrie aéronautique, disposera d'un site d'essais pour les UAS. 
Le système sera composé du centre Redu de l'ESA et d’autres infrastructures en Belgique ou à l’étranger, où l'on évalue la cyber vulnérabilité des produits.

Deux environnements:
Un pour simuler le comportement pendant le développement du produit et l’autre pour les tests en vol dans des conditions opérationnelles réelles.
Y compris les missions BRLOS où SatCom est utilisé pour la communication entre la station de contrôle au sol, la plate-forme UAS et les systèmes ATC / ATM.

La gamme des tests CyberSec étend également les capacités des laboratoires dédiés à l'évaluation de la sécurité et à la certification des logiciels et matériels grâce aux compétences d’un auditeur aéronautique Wallon.
Les UAS sont des systèmes complexes nécessitant des connaissances dans le domaine aéronautique qui ne sont pas disponibles pour les concepteurs de logiciels, la nécessité d'évaluer la vulnérabilité dans des conditions de mission réelles exige la disponibilité d'un aéroport et d'un espace aérien autorisés avec les systèmes ATC / ATM.

La réglementation et les autorités aéronautiques sont intéressées

En effet les aspects liés à la cyber sécurité, liés aux véhicules sans pilote, font partie intégrante de leur mission:

  • L'OACI - Organisation de l'Aviation Civile Internationale, codifie les principes et les techniques de la navigation aérienne internationale et encourage la planification et le développement du transport aérien international pour assurer une croissance sûre et ordonnée. Le Conseil de l'OACI adopte des normes et des pratiques recommandées concernant la navigation aérienne,
    son infrastructure, l'inspection en vol, la prévention des brouillages illicites et la facilitation des procédures de franchissement des frontières pour l'aviation civile internationale.
  • AESA - Agence Européenne de la Sécurité Aérienne est une agence de l'Union européenne (UE) avec des tâches réglementaires et exécutives dans le domaine de la sécurité de l'aviation civile.
    Les responsabilités de l'AESA comprennent l'analyse et la recherche de sécurité, l'autorisation des opérateurs étrangers, la rédaction de la législation européenne, la mise en œuvre et le contrôle des règles de sécurité, la certification des aéronefs et des composants ainsi que l'approbation des organismes impliqués dans la conception, fabrication et maintenance de produits aéronautiques. Dans le détail, le Comité consultatif sur les normes de sécurité (CCSS) et ses sous-comités traitent des aspects de sûreté et de sécurité….
  • EUROCAE - Organisation Européenne pour l'Equipement de l'Aviation Civile est une organisation à but non lucratif dont les membres sont exclusivement des acteurs de l'aviation (constructeurs, fournisseurs de services, autorités aéronautiques nationales et internationales et utilisateurs d'Europe et d'ailleurs). EUROCAE a développé des spécifications de performance et d'autres documents dédiés à la communauté aéronautique, qui sont largement référencés comme moyen de conformité aux ETSO (European Technical Standard Orders) et d’autres documents réglementaires. Les groupes de travail (GT) traitent de questions spécifiques et se concentrent sur l'analyse de toutes les questions clés liées à l'utilisation des RPAS dans l'Union européenne.
    En détail, le WG73, le WG105 est maintenant chargé d'élaborer des normes et des documents d'orientation qui permettront l'utilisation sécuritaire des UAS dans tous les types d'espaces aériens, en tout temps et pour tous les types d'opérations.
  • JARUS - Autorités conjointes pour l'élaboration de règles sur les systèmes sans pilote est un groupe d'experts rassemblant des experts en réglementation.
    À l'heure actuelle, 53 pays, ainsi que l'Agence Européenne de la Sécurité Aérienne (AESA) et EUROCONTROL, contribuent aux travaux de JARUS.
  • EUROCONTROL - Organisation Européenne pour la sécurité de la navigation aérienne est une organisation internationale œuvrant pour une gestion sûre et sans heurt du trafic aérien à travers l'Europe. Fondé en 1960, EUROCONTROL compte actuellement 41 États membres.
    Bien qu'EUROCONTROL ne soit pas une agence de l'Union européenne, l'UE a délégué à EUROCONTROL des parties de sa réglementation sur le ciel unique européen, ce qui en fait l'organisation centrale pour la coordination et la planification du contrôle du trafic aérien dans toute l'Europe. L'organisation travaille avec les autorités nationales, les fournisseurs de services de navigation aérienne, les usagers de l'espace aérien civil et militaire, les aéroports et d'autres organisations.
    Ces activités impliquent toutes les opérations de services de navigation aérienne: gestion stratégique et tactique des flux, formation des contrôleurs, contrôle régional de l'espace aérien, technologies et procédures sécurisées et collecte des redevances de navigation aérienne.
  • BCAA - Dans le cadre du Service public fédéral de la mobilité et des transports, l'Autorité de l'aviation civile belge assiste le ministre des transports dans les activités de réglementation et veille à l'application des réglementations.
  • BELGOCONTROL - est une société publique autonome chargée de la sécurité de la navigation aérienne dans l'espace aérien civil belge et, par conséquent, de ses passagers et de la population survolée. De plus, l'entreprise offre d'autres services nécessaires à la sécurité du trafic aérien, tels que l'information aéronautique et météorologique. Belgocontrol gère également tous les systèmes de traitement des données ATM (Air Traffic Management) et CNS (communication, navigation et surveillance).
  • DRONE VALLEY - Fédération francophone belge du drone civil, créée en tant qu'écosystème de drones soutenant et catalysant les initiatives UAS. Sensibilise dans l'éducation, la R&D, l'industrie, les applications spatiales, les relations diplomatiques internationales.
    Cluster pour booster le secteur des UAV et des  applications en rassemblant les parties prenantes concernées mais aussi d'autres industries nécessaires telles que l'IoT, la robotique et l'énergie

Conclusions :

La Wallonie au travers des compétence de ses entreprises déjà spécialisées en aéronautiques et aérospatial, des infrastructures de l’ESA peut se positionner comme leader sur l’échiquier européen grâce à la nouvelle réglementation qui assurera une utilisation professionnalisée et surtout sécurisée par une analyse des risques et des correctifs réalisés.
Reste à déterminer la réelle volonté politique de la région de soutenir de telles initiatives et d’être le relai également vers l’autorité fédérale….

En annexe, l'étude réalisée par Agoria et PwC, présentée le 22 mai 2018 chez Belgocontrol.
 

Vignette: 
European Cyber test range in Belgium